L'interview des membres de l'asso : Typhaine

La main à la pâte avec Typhaine : l’interview des bénévoles

Des formations grand public au développement de nouveaux outils de sensibilisation, en passant par la communication ou encore les actions de sensibilisation auprès de différents publics, nos membres sont mobilisé·es pour soutenir et partager les valeurs de l’association.

C’est grâce à toutes ces personnes que Zero Waste Paris mène à bien ses actions en faveur du zéro déchet sur le territoire parisien et en Île-de-France ! Nous avons décidé de vous les présenter dans une série d’interviews. Après David, Marine et Christine, c’est Typhaine qui répond à nos questions !

Qui es-tu ? 

Je m’appelle Typhaine. Après ma licence en Droit, j’ai eu envie de faire une pause dans mes études. Je voulais passer de la théorie à la pratique. C’est pourquoi je me suis engagée en service civique chez Zero Waste Paris. Cette expérience de volontariat me permet de prendre du temps pour une cause qui me tient à cœur et pour laquelle je me sens utile.

Quel est ton rôle chez Zero Waste Paris ?

À Zero Waste Paris, je suis investie de différentes missions, par le biais des groupes de travail Éducation, Plaidoyer local, Communication, Commerçants, Défis foyers zéro déchet et Territoires zéro déchet (dans le 6ème arrondissement de Paris notamment). Les tâches sont variées et c’est ce qui me plait car je peux toucher à tout.

Ainsi, j’ai pas mal d’autonomie et je découvre tous les jours quelque chose de nouveau ! En outre, les supports et les ressources numériques sont multiples et les échanges avec les salariées et bénévoles toujours enrichissants.

Qu’est ce qui t’a donné envie d’intégrer Zero Waste Paris ? 

Je souhaitais découvrir de l’intérieur le quotidien d’une association qui œuvre pour la protection de notre environnement et ainsi pouvoir m’y investir en participant aux actions et projets de l’asso. 

S’agissant d’un des groupes locaux de l’association Zero Waste France, je trouvais ça plutôt pertinent de pouvoir, avec Zero Waste Paris, mener des actions en lien avec la préservation des ressources naturelles et la prévention des déchets à l’échelle locale. Je découvre ainsi différents lieux et acteurs, publics comme privés, à Paris et en Ile-de-France.

J’ai également pu développer une approche de terrain, auprès de différents publics (jeunes, familles, employés d’entreprise, commerçants), et eu la chance de travailler au sein de la Maison du Zéro Déchet.

Comment décrirais-tu Zero Waste Paris en trois mots ?

Une association dynamique, engagée et à taille humaine !

Qu’as-tu apporté à l’association et que t’a-t-elle apporté ?

L’association m’a beaucoup apporté :

– en connaissances théoriques (règle des « 5R » du zéro déchet) et en vocabulaire spécifique (digestat, mâchefer, déchets ultimes) et par le biais des nombreuses ressources (guides, articles et ateliers comme « Déchet Partout, Justice nulle part »  que j’ai particulièrement apprécié co-animer auprès de jeunes de la Mission locale de Paris.)

– en connaissances législatives et réglementaires en lien avec le droit de l’environnement : hiérarchie des modes de traitement, loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC), convention d’Aarhus de 1998, charte de l’environnement de 2004, règlement européen sur les emballages plastiques à l’approche des élections européennes en juin 2024.

De mon côté, je pense avoir apporté du soutien lors des actions, ateliers et réunions avec l’équipe, tout en ayant été active (et réactive) du côté Communication (création de contenus pour les réseaux sociaux de Zero Waste Paris, co-rédaction de newsletters).

Quel est ton premier souvenir de Zero Waste Paris ? Une anecdote ?

Il y en a plusieurs ! J’ai beaucoup apprécié les ateliers en entreprise au mois de décembre sur la thématique des fêtes de fin d’année Zéro Déchet.

Plus généralement, les interventions en lien avec le groupe de travail Education m’ont toujours permis de transmettre, d’échanger et d’apprendre des choses avec les participants !

Quel est ton objet zéro déchet préféré ?

Je dirais mon tote bag (sac en tissu) ! C’est pratique, ça ne prend pas de place, et c’est utile dans mon quotidien pour transporter mes affaires, et puis c’est une bonne alternative aux sacs plastiques jetables ou autres emballages à usage unique.

Quelle a été ta première démarche zéro déchet à la maison ?

Composter mes biodéchets (déchets alimentaires et déchets verts) de façon plus régulière dans mon jardin ! Ce geste qui semble assez simple est toujours d’actualité avec la loi AGEC (Anti-Gaspillage pour une Économie Circulaire du 10 février 2020) qui précise les enjeux et l’importance du tri à la source des biodéchets (la mise en place de solutions de tri étant obligatoire depuis le 31 décembre 2023).

Dans un monde idéal, quelle démarche zéro déchet aimerais-tu voir en place dans le quotidien de tout le monde ?

J’aimerais bien que la méthode “BISOU” créée par Marie Duboin Lefèvre et Herveline Verdeken soit plus répandue dans le quotidien de chacun. 

En effet, il s’agirait en tant que consommateur de se poser 5 questions avant tout achat (bien, produit, service) :

  • Besoin : à quel besoin correspond cet achat ?
  • Immédiat : est-ce un besoin immédiat ?
  • Semblable : ai-je déjà un objet semblable chez moi ?
  • Origine : quelle est l’origine du produit, d’où vient-il concrètement ?
  • Utile : cet objet va-t-il m’apporter un confort primordial et utile ?

On peut également refuser d’acheter neuf en privilégiant la seconde main ou encore en réparant, mutualisant, empruntant les objets…

Que dirais-tu à quelqu’un qui hésite à intégrer l’association ?

Chacun peut s’engager, à son rythme et de façon progressive. Zero Waste Paris est une association bienveillante et à l’écoute.

Pour ceux qui le souhaitent, il est également possible de monter en compétence au sein des différents groupes de travail et commissions. La présence des bénévoles est essentielle pour permettre à l’association de vivre et de continuer de mener à bien tous ses projets !

En tout cas je recommande à tous les étudiants qui en ont la possibilité, de s’engager en service civique et d’ajouter cette expérience unique et concrète à leur parcours d’études !

Justement, pourrais-tu nous conseiller un livre, un podcast, un film/documentaire sur la thématique des déchets ?

Je conseillerai le livre « Ralentir ou périr » qui est un essai économique dans lequel le chercheur en économie écologique Timothée Parrique dénonce l’idéologie de la croissance (et du capitalisme) et nous amène à réfléchir à la décroissance comme chemin de transition vers une économie de la post-croissance, véritable projet de société.

Merci à Lara, l’une des salariées de l’association, de m’avoir prêté ce livre !

► D’autres questions à poser à Typhaine ou à toute l’équipe de Zero Waste Paris ? Contactez-nous ici ou sur nos réseaux sociaux ! Et si Typhaine vous a convaincu·e de rejoindre les bénévoles de Zero Waste Paris, c’est par ici 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut